Isabelle THUREAU
07 81 91 68 48
           
Sophrologue - Hypnologue - Auteur

Isabelle, Antony [mars 2011]

Quelques jours après notre séance, Isabelle m'envoyait un mail que je retranscris avec son autorisation :

"Bonjour,

Comme promis, je vous donne des nouvelles ; j'ai donc été opérée hier, le chirurgien m'a dit qu'il était content car tout s'était bien passé malgré des douleurs tout à fait normales.

Du coup, je suis sortie aujourd'hui au lieu de demain, initialement prévu.

Je suis arrivée hier matin à la clinique étonnamment sereine et calme ; je n'ai pas ressenti d'angoisse, pas même au moment d'arriver au bloc, je suis donc très contente car je n'ai pas souffert dans ma tête.
Notre séance y est très certainement pour beaucoup et je tenais à vous renouveler mes remerciements.

Je vous souhaite une bonne continuation, à bientôt peut-être !

Isabelle"

France Loisirs, Paris, 15ème [Février - mai 2010]

Pendant deux mois, j'ai animé des séances collectives de sophrologie au sein de France Loisirs et j'ai recueilli les témoignages des personnes qui ont pu assister aux séances, voici un échantillon de leurs différents ressentis :

Comment vous sentez-vous après la séance ?

Bien, détendue, très détendue pour le reste de la journée, je me sens très détendue l'après-midi et le soir, calme dans la journée, reposée, apaisée... (toutes)

Que vous ont apporté ces différentes séances de sophrologie ? Qu'avez-vous préféré ?

  • La découverte de la visualisation que j'utilise maintenant dans des cas difficiles. Cela me permet de m'évader du présent des soucis.
  • (Bénédicte) Prendre le temps de s'arrêter. Les respirations, les suggestions et les images positives. (Françoise)

Recommanderiez-vous à vos collègues de suivre des séances ? Et pourquoi ?

  • Oui à 100 % pour gérer nos longues journées, le stress et l'agressivité. (Evelyne)
  • Oui, pour le calme, la détente que cela procure. Un vrai moment pour soi. (Françoise)
  • Oui, très bon break au milieu de la journée de travail et entre collègues. (Bénédicte)
  • Oui, contre le stress, les tensions, apprendre à gérer, prendre des distances. (M.)

Pratiquer la sophrologie en entreprise, est-ce pour vous facile, indispensable, compliqué ? Pensez-vous que des séances de sophrologie puissent avoir leur place au sein de l'entreprise ?

  • Facile et indispensable. Etre détendu ne peut être que bénéfique pour la personne qui pratique et ceux qui la côtoient. (Françoise)
  • Facile, oui, je trouve que cela serait très bénéfique tant au plain personnel que collectif à travers le travail. (Bénédicte)

Souhaiteriez-vous continuer l'expérience ?

  • Oui. (toutes)

Astrid, Antony [septembre 2009 - janvier 2010]

« Je suis une personne qui a tendance à beaucoup stresser que ce soit au travail ou dans ma vie privée. J'avais toujours réussi à contrôler plus ou moins ce stress mais là j'en étais arrivée à un stade où il se traduisait par des angoisses principalement à l'idée de me retrouver dans un endroit clos et/ou sans issue tel qu'une voiture, un théâtre, un bateau, etc. Physiquement je me sentais très mal et ressentais de grands maux de ventre, des bouffées de chaleurs ... je n'arrivais pas à me calmer. J'appréhendais donc ce type de situation et essayais de les éviter. Je pouvais également angoisser à l'idée de ressentir ces symptômes pendant un dîner ou une sortie. Ce qui devenait vraiment handicapant !

Sur les conseils d'une amie, j'ai donc décidé de me tourner vers la sophrologie en contactant Isabelle sans trop savoir de quoi il s'agissait.

Cela m'a fait du bien dès la première séance, je me suis sentie plus apaisée, plus calme et c'était la première fois depuis longtemps que je prenais du temps pour mon bien-être ! Avec l'aide d'Isabelle, j'ai donc tout simplement déjà appris à bien respirer, à me relaxer, à reprendre confiance en moi par rapport à mon stress, puis à visualiser ces moments d'angoisses pour les revivre de manière positive.

Après quelques séances, je n'ai plus eu de crises d'angoisse, et j'ai réalisé que pour être bien dans ma tête il fallait que je m'occupe un peu plus de mon corps, que je sois plus à son écoute. Isabelle a réussi à réconcilier mon esprit et mon corps ! La sophrologie m'a permis de prendre du recul, de réfléchir, et de me rendre compte que ces angoisses se déclenchaient parce que j'avais peur de ne pas être à la hauteur d'une situation, à vouloir trop bien faire, je me rendais malade.

Forte de cette expérience, je prends beaucoup plus de recul sur les situations de la vie quotidienne au travail comme à la maison, je me mets moins de pression, et du coup je vais beaucoup mieux. Si je me sens stressée, (car on ne peut pas changer complètement), Isabelle m'a donné quelques outils pour me tranquilliser toute seule grâce à la respiration.»

Lucie, Savigny sur Orge [février - mai 2009]

Connaissais-tu la sophrologie avant que nous travaillions ensemble et quel regard portais-tu sur elle ?

Non, je ne la connaissais pas particulièrement parce que ce genre de choses ne m'interpelle pas justement. Je n'avais pas ce genre de soucis avant, je ne me posais pas ce genre de questions. Mais là je me suis retrouvée dans un état, où pour la première fois, j'avais besoin d'aide parce que je pensais ne pas pouvoir m'en sortir seule. Je ne connaissais pas la sophrologie. Mais quand on m'a décrit ce que c'était je me suis dit que je pouvais essayer.

Qu'as-tu pensé de ta première séance de sophrologie ? Et au fil du temps ?

Je n'étais pas très à l'aise, car on ne se connaissait pas, s'allonger devant une étrangère, avoir la bouche ouverte quand on est complètement détendue, ça me gênait un peu. Je n'osais pas totalement me décontracter, je n'étais pas très à l'aise, quoi. Et puis au final au bout de deux séances, c'était bon j'avais compris que ça me faisait du bien. J'avais compris qu'il fallait que je rentre dedans pour que ça me fasse de l'effet. Si on se met une barrière, ça ne sert à rien.

Dans la semaine, étais-tu impatiente de faire ta séance, est-ce que cela te manquait ?

Au départ, j'aurais préféré dormir à ce moment-là, même si je savais qu'il ne fallait pas que je m'endorme. Je me disais, mince je ferais bien une grosse sieste, mais finalement ce que ça m'apportait à ce moment-là, c'était mieux que de dormir donc j'étais quand même contente de faire ma séance. Une fois par semaine, c'était bien, la régularité me plaisait, ça me laissait de la liberté, et me donnait un moment pour réfléchir entre chaque séance.

Concrètement qu'est-ce que la sophrologie t'a apporté ?

Ça m'a apporté une autre façon de voir les choses, de gérer les angoisses, les peurs, le stress au quotidien, de me repositionner vis-à-vis de ça. Elle m'a permis de me déstresser, de me poser. Et surtout de positiver les choses, et ça c'est très bien.

Mais surtout et c'est amusant de constater qu'elle n'en parle même pas, Lucie a pu reprendre le volant petit à petit en toute confiance et surtout reconduire sur l'autoroute, qui était devenu un terrain d'angoisses énormes au point de provoquer des crises de spasmophilie. Elle a repris l'autoroute au côté de son mari au début et puis petit à petit l'a reprise seule, avec de moins en moins d'appréhensions...

La recommanderais-tu et à qui, pour quels types de personnes de problèmes ou de gens ?

Je recommanderais la sophrologie aux personnes qui sont déjà adeptes de ce genre de pratiques, les personnes réfractaires doivent passer par d'autres techniques car il faut se mettre dedans, rentrer dedans pour que ça fonctionne.

Pourtant, tu ne connaissais pas la sophrologie quand tu as commencé... ? C'est parce qu'à ce moment-là je n'avais pas vraiment de solution, je ne savais plus quoi faire. On m'a proposé de suivre des séances de sophrologie, j'ai essayé et ça marche, donc c'est bien la sophrologie ! (Rires)

Lucie est maintenant chef d'entreprise et doit régulièrement se déplacer en voiture pour se rendre chez ses clients... en toute confiance !

Cabinet :

86, avenue de la division Leclerc
92160 Antony
et
28, avenue des Capucines
91260 Juvisy-sur-Orge

Tél. : 07 81 91 68 48
Rédaction :
Françoise Landuré - redactevent.fr

Crédits photos :
Alexandra Coudert, Sophie Colas - L'instant présent

Mentions légales

ISABELLE THUREAU - SOPHROLOGUE, HYPNOLOGUE
SIRET : 525 331 575 00015 - APE : 8690F